Sans frontières : Comment concevoir pour des consommateurs « globaux »

10/09/2018

Mondialisation: l’égalisateur international. Rapprocher les personnes de façon harmonieuse (c’était l’idée au départ) et le plus important, vérifier si les agences de design et les experts en marketing sont suffisamment ingénieux afin de commercialiser des marques, des produits et des concepts partout dans le monde, de Londres à Beijing, avec la même réussite.

Avouons-le, le fait qu’une compagnie puisse facilement vendre le même produit dans différents endroits du monde est un enjeu commercial important. Mais de l’autre côté, c’est aussi un grand casse-tête pour les agences de design. En effet, comment peut-on prétendre vendre le même produit à des personnes de pays différents et qui n’ont rien en commun et aussi utiliser le même packaging ? C’est une question délicate et on doit être capable d’y répondre.

Voici quelques aspects importants à prendre en compte lorsque l’on recherche les meilleurs moyens pour commercialiser des produits à l’international et des options de packaging:

 

L’importance du nom

Par expérience, l’expansion internationale d’un produit est une bonne opportunité pour cibler les rudiments du produit, enlever le superflu et se concentrer sur ses caractéristiques principales en commençant par son fondement : son nom. Un bon nom est un excellent atout ; en trouver un pour un marché domestique et monolingue peut s’avérer difficile, alors que dire pour l’international ! De nos jours, sur les marchés internationaux, le naming suppose de nombreuses considérations dans les deux langues. Voici une checklist pour recouper les informations du nom de marque avec chaque langue locale.

  • Il doit être attirant et facile à mémoriser,
  • Il doit être facile à prononcer,
  • Il doit avoir un charme particulier,
  • Il doit suggérer les points positifs du produit,
  • Il ne doit pas porter atteinte à des marques déposées,
  • Il ne doit pas y avoir de double sens (attention : il faut vérifier avec des personnes parlant la langue concernée).

Le but est de trouver un nom efficace au-delà des frontières, même si parfois une adaptation est nécessaire pour certains marchés.

 

Donner une nouvelle image pour s’adapter aux marchés locaux et faire face au choc des cultures

Pour aller plus loin que le nom, la création d’une marque transfrontalière passe aussi par :

  • Identifier les ponts entre les points forts du produit et ses valeurs avec les principaux aspects de la culture locale (il est intéressant de consulter des documents locaux) et,
  • Capter les ressemblances pour les intégrer dans les designs internationaux.

Voyez comment Coca-Cola a adapté sa cannette légendaire de 33cl afin de pénétrer le marché chinois : elle a traduit sa marque déposée, adaptée en « bonheur délicieux » et a  intégré également des couleurs personnalisées afin de correspondre aux codes de l’industrie alimentaire locale ainsi qu’aux tendances de packaging.

 

 


Image Source: coca-colacompany.com

 

En parlant de la Chine, il n’est pas nécessaire de souligner que la culture locale est très différente de l’occidentale. La culture a des influences majeures sur la perception d’un produit et de son packaging par les consommateurs. Si vous décidez d’utiliser une option de packaging multinationale, soyez sûr de faire le bon choix et d’effectuer des tests pilotes avant de lancer définitivement le produit. Par exemple: un packaging blanc peut être perçu comme clair, minimaliste et impactant dans les cultures occidentales mais quand est-il du reste du monde? Ouvrez votre esprit et ne présumez jamais que son point de vue sera compris partout dans le monde.

 

Attention aux régulations internationales

Dans certains cas, il est impossible d’éviter des packagings spécifiques dû aux lois nationales.

Si le but est de vendre les produits à l’étranger, vous trouverez que chaque marché obéit à ses propres lois et obligations. L’industrie alimentaire particulièrement doit suivre des règles strictes d’étiquetage. Par exemple, selon les lois Européennes, certaines informations obligatoires concernant les aliments doivent être écrites sur l’emballage extérieur. Ainsi, afficher les informations nutritionnelles pour 100g et l’utilisation d’images afin de donner la liste complète des aliments en fonction de leur poids font partie des nombreuses normes à prendre en compte. Un emballage est bien plus qu’une simple couverture, il garantit la conformité légale. C’est un des aspects à prendre en compte lors de vos projets d’expansions à l’international. Il faut adapter vos packagings non seulement aux produis mais aussi aux nouveaux marchés.

 

Les catégories

Tweets Récents

Suivez-nous sur Facebook