Packaging : le Bon, la Brute et le Truand

Evaluer la beauté d’un objet ou d’une personne est un exercice délicat car hautement subjectif. L’art est un exemple idéal, une seule et même œuvre pouvant provoquer à la fois une passion exaltante ou au contraire un profond dégoût, selon la sensibilité et de la perception de son observateur. Mais le but de l’Art n’est pas d’être beau mais plutôt de stimuler et de provoquer des sensations et, le domaine du packaging, loin d´être un art en tant que tel, tombe sous les mêmes règles de subjectivité. En effet, force est de constater que si la majeure partie des designs de packaging génèrent un consensus les concernant (positif ou négatif), d´autres suscitent de fortes controverses. Et c’est précisément la raison pour laquelle collaborer avec une agence de design est cruciale pour vous assurer l’effet souhaité.

En attendant, cet article vous permettra de prendre en compte les extrêmes du monde du packaging avec quelques exemples frappants que nous, à Little Buddha, considérons comme les bons, les brutes et les truands du design de packaging.

 

LE BON

The Good

« Le monde se divise en deux catégories… de packaging »

 

Le Bon: Smeaton´s Gin, la marque de spiritueux venant de remporter le prix du meilleur packaging, catégorie nouveau produit lors des Packaging Awards 2018 au Royaume Unis. Etudions cette petite merveille en détail:

 

Illustration: Emballage New UK / Smeaton´s

 

Nous touchons ici la quintessence du bon packaging: incarnant une véritable extension du contenu, presque voir plus important que le produit lui-même. Ici, le concept créatif reste fidèle aux valeurs et à l’histoire des distillateurs de Smeaton, basés à Bristol, au Royaume-Uni. Tous les détails de la bouteille, produite par Allied Glass Containers, renvoient à l’histoire de la marque. Le verre bleu est synonyme de la ville de Bristol, la recette manuscrite a inspiré la typographie inscrite sur le fond de bouteille et une illustration botanique célèbre le mouvement Arts & Crafts de la fin du 19ème siècle. Une impression sur mesure offre un moyen inhabituel de mettre en valeur le long goulot distinctif de la bouteille et résulte sur un packaging unique, hors norme. Cette bouteille et son design véritablement holistique révèle l’histoire de la distillerie Smeaton et apporte une plus-value considérable aux aficionados de Gin.

Au dela de cet exemple, une valeur sure d´un bon packaging est inévitablement l´aspect pratique, l´une des raisons d’être fondamentale du packaging: permettre au consommateur d’utiliser facilement son contenu, ou mieux encore: améliorer l’expérience de consommation du produit. Le lien ci-dessous vous mènera à quelques exemples de ce qu’un emballage inventif peut réellement signifier pour ses marques et ses utilisateurs: https://twistedsifter.com/2016/06/simple-packaging-designs-that-are-useful/

 

LE BRUTE

 

“Je suis toujours mes (mauvaises) idées”

 

Pour le bien de cet article, nous qualifierons un packaging de « BRUTE » si sa conception est peu pratique et qu’elle va à l’encontre du sens commun. (Nous aborderons les emballages visuellement mauvais dans le chapitre suivant : « LE TRUAND » ).

Emballage non renouvelable

À une époque où notre société de consommation se réveille enfin et met un accent majeur sur la durabilité, les packaging ne permettant pas d’optimiser les ressources naturelles disponibles sont définitivement à bannir et c´est un plaisir pour nous d´aujourd´hui les montrer du doigt. En effet, non seulement ils ne devraient pas être autorisés, mais ils donnent également une mauvaise réputation à l’industrie du design et du packaging. Inacceptable! Voici quelques exemples:

 

 

Combien d’arbres auraient été sauvés si cette entreprise de pâtisserie, dont nous tairons le nom, optais pour un emballage adapté à la mesure du produit?

Perte de temps et dédain de l’environnement

 

 

Calavo, entreprise basée aux Etats Unis, mise sur la feignantise de ses consommateurs en proposant un avocat déjà coupé en deux et débarrassé de son noyau. Le problème est le suivant: il faut deux fois plus de temps pour libérer le produit de son contenant qu’il n’en faut pour le couper en deux. Et surtout, cette idée de génie génère des déchets plastiques inutiles.

Le mal personnifié

 

Sans commentaire…

 

Packaging ou trompe l´œil?

Nous nous devons également de dénoncer l’une des plus anciennes arnaques de l’industrie du packaging : l’oversizing, ayant pour but de tromper le consommateur quant au volume du contenu. Voici quelques très (mauvais) exemples:

Tesco’s lasagna sheets:

 

Pour le moins exaspérant. Et une fois de plus: quel gâchis de matière première.

Les bonbons chocolat de Lindt´s Lind´Or:

 

Flesh-box fraîchement ouverte. le produit réel représente 30% de la capacité de l’emballage. La honte.

 

Country Crisp à la fraise de Jordan´s

 

Cela doit s’arrêter.

 

Emballage peu pratique

Nous parlerons ici de ces créations qui défient toute logique. Nous avons tous été, a un moment ou a un autre de nos vies, mis en présence de packaging loufoques qui ont généré en nous une intrigue sans fin, voire une gêne intense. Voici deux de nos exemples préférés venant illustrer ce cas de figure:

Colle pour textile de chez Loctite:

 

Imaginez que vous cherchiez une colle de couleur rouge. Lequel des deux tubes ci-dessus prendriez-vous? Etes-vous surs?

 

Entreprise inconnue

 

On peut lire en gros sur le blister: “ARRETEZ DE VOUS BATTRE CONTRE LES PACKAGING DIFFICILES A OUVRIR”. Si l´ironie pouvait tuer, ce produit serait dangereux.

 

LE TRUAND

 

“Si tu te rate, tu ferais mieux de le faire vraiment bien”

 

Tandis que le chapitre précédent mettaient l’accent sur des créations mal pensées en termes de praticalité, nous allons maintenant mettre en lumière certaines créations qui n’auraient jamais dû voir le jour, d’un point de vue purement visuel. Commençons avec Chick, la bière pour les “nanas”:

 

 

L’utilisation de la police grotesque “Curlz”, combinée à une palette couleur tout simplement abusive et un slogan extraterrestre (« Witness the chickness »), donne un résultat tout simplement ahurissant et qui n´appelle pas du tout l’attention du public féminin de manière positive, bien au contraire. Au fait, un conseil si vous souhaiter cibler un public féminin: restez subtil!

Passons le cap pour nous tourner vers la pire de toutes les peurs pour un designer de packaging : le manque de créativité ou d’originalité. Comme le syndrome de la page blanche chez l’écrivain, nous touchons ici au pire ennemi d’une agence de branding. Illustrons ceci par l´exemple ci-dessous, mettant en avant deux concurrents directs sur le segment des biscuits digestifs, montrant peu ou pas de différence dans la manière dont ils exposent leurs produits au consommateur dans les étalages:

 

 

Dans un segment saturé, comme c´est le cas ici, il est important que votre produit puisse se distinguer des autres. Si votre image de marque ressemble à celle de votre concurrence, vous manquez d´emblée une occasion de marquer des points chez vos consommateurs potentiels. Et même si votre image de marque doit rester en ligne avec les standards visuels de votre secteur, il est important de trouver des caractéristiques uniques qui vous permettent de rester au-dessus des autres.

Une autre initiative douteuse, cette fois purement design, avec Kraft Food cette fois-ci. La célèbre société FMCG a décidé il y a peu de se séparer de son logo iconique afin de le remplacer par un logo juvénile et flamboyant:

 

 

Le nouveau logo est composé de neuf couleurs opposées et donne lieu à une conception plus coûteuse et compliquée, laissant les clients perplexes. Kraft a fini par admettre cette erreur et finit par remodeler de nouveau le logo et la marque afin de mieux correspondre aux attentes des consommateurs. Cet exemple devrait également vous rappeler une chose importante : la simplicité est et restera toujours l´élément clé de tout design véritablement accrocheur.

juin 11 2019 | Packaging
2020 A view of the future from c-level by Little Buddha FR

Recent Tweets:

Follow us on Facebook: